LA QUETE DE L’EXCELLENCE

Partagez cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Réalisme, Préparation, Ajustement

Ecoutez LE PODCAST SUR L’EXCELLENCEhttps://coaching-tips.com/podcast

La période estivale sera propice à réévaluer ses priorités, préparer doucement la rentrée, et pourquoi pas décider de mettre de la qualité plus que de la quantité dans sa vie. 

Quelle que soit l’activité à laquelle vous pensez, vous pouvez décider d’y mettre ce supplément d’âme qui changera tout. La cérémonie du thé au Japon démontre que d’un geste simple de la vie courante nous pouvons en faire quelque chose d’esthétique, d’épuré et profond.

Non l’excellence n’est pas un rêve inaccessible ; nous pouvons mettre de l’excellence dans nos vies dans les activités que nous choisissons. 

Deux expériences m’ont marqué, où il était question d’excellence ; l’une réalisée grâce au concours de l’ancienne leader de la patrouille de France et un autre dans un camp d’entraînement reconstitué par d’anciens des forces spéciales. 

dSi l’on devait vraiment s’atteler que ce soit à titre individuel, pour une équipe ou n’importe quelle organisation ou collectivité à s’essayer à l’excellence opérationnelle je dirais qu’il y a trois choses essentielles à mettre en œuvre, avec constance, pugnacité, systématiquement, et… dans la durée. 

Nous parlons à dessein d’excellence opérationnelle car il n’y a pas d’excellence en tant que telle mais des actions ou missions ou réalisations qui sont excellentes ; c’est le produit fini qui permet de savoir si on a atteint l’excellence. 

1° Faire montre de réalisme ; intégrer l’élément humain pour ce qu’il est.

Sigmund Warburg le banquier d’affaire Londonien du XX° siècle a dit à juste titre il y a deux sortes d’imbéciles les optimistes et les pessimistes.

Nous prônons la lucidité et le réalisme ; sans l’humain rien ne se fait, mais rien ne se fait dans la facilité et la simplicité. Rien n’est acquis. Rien n’est perdu. Tout est possible. Rien n’est possible.

Si l’on veut parler complexité, assurément la nature humaine est un bon exemple. 

Il faut avoir, constamment à l’esprit, qu’aucun système, qu’aucune organisation, qu’aucun concept aussi géniaux soient ils ne résistent à la bonne ou mauvaise volonté humaine pour faire court.

Combien de projets avortés, magnifiquement conçus mais pauvrement exécutés car on ne s’était pas suffisamment intéressé à cette dimension. 

Tous les managers savent bien qu’il suffit, parfois, de changer un élément dans une équipe pour que toutes les cartes soient redistribuées. Les équilibres devront être revus et les choses changent. Il conviendra de s’adapter et veiller à la bonne intégration du nouvel élément et aux ajustements nécessaires.

Nous avons beaucoup écrit sur l’importance de l’intelligence émotionnelle comme méthode qui permettra à chacun de jouer sa partition dans l’ensemble. Nous remettons dessous les différentes composantes de l’IE en vous reportant aux articles sur le management et l’animation d’équipe de notre blog. (Lien ICI).

Cet élément humain est central ; sans bonne maîtrise de ce qui fait une bonne cohésion d’équipe, une bonne communication, une motivation dans la durée rien ne peut se réaliser de durable et de performant. 

Ce sujet est également vrai si vous travaillez seul et êtes indépendant ; il conviendra d’apprendre à connaître vos biais et points forts. Il faut également savoir se gérer. 

Les leaders, managers ou individus qui font avec cette complexité, et l’acceptent comme une donnée sur laquelle il faudra travailler pour y arriver ont une chance de s’en sortir. Ceux qui nourriront un apriori ou considéreront que c’est un acquis auront de grosses difficultés.

2° Objectif clair et préparation

S’il est du rôle des managers de fournir aux équipes l’objectif à atteindre et donner les moyens. Il appartient à ceux qui doivent les atteindre ou les réaliser de maîtriser le comment y arriver. 

Les objectifs, missions, livrables appelés les comme vous le souhaitez doivent être clairs. Chacun doit les connaître, y adhérer, savoir ce qu’on attend précisément d’elle ou lui dans cette réalisation attendue. 

Beaucoup d’échecs proviennent d’organisations centralisées qui expliquent quoi faire, pourquoi le faire et comment le faire. En dessous vous n’avez que des exécutants qui ne s’approprient pas les objectifs car on ne leur demande pas leur avis. 

De ce point de vue l’expérience vécue lors d’un séminaire en immersion dans un univers géré par des anciens commandos marines a été éclairant sur l’importance de cette phase d’appropriation et de préparation. 

Chacun doit pouvoir s’approprier la mission, poser les questions qui lui tiennent à cœur, savoir qui fait quoi et est responsable de quoi et décider collectivement du comment faire.

Tous les scenarios doivent pouvoir être envisagés, dans cette phase, afin de se préparer à toutes les éventualités. La réalité, parfois, réserve des surprises. 

On s’assure ainsi de l’implication de tous les membres dans la mission, leur parfaite implication et concentration dans l’atteinte du but.

Sans préparation nous sommes tous convaincus que l’action est moins efficace. 

3° Le débriefing, feedback, retour d’expérience

Si dans toutes les organisations on trouvera des processus d’évaluations des individus et des tableaux de bord de gestion qui permettent de suivre les réalisations ; trop peu ont instauré une vraie culture du débriefing. 

De surcroît chaque jour nous constatons dans notre cabinet et nos accompagnements les dégâts des évaluations individuelles. Perte de motivation, défiance vis-à-vis du manager, contre-performances, démissions, désengagements, conflits ouverts.  

L’intérêt de faire ça en équipe ou par service est de notre point de vue plus pertinent. Dans une entreprise les facteurs qui contribuent à un résultat sont nombreux et complexes ; faire porter sur un individu le poids d’un échec est toujours inexact dans la réalité. 

Cette dimension collective, permet souvent aux individus d’admettre plus facilement leur responsabilité individuelle, de l’assumer et de rectifier le tir car ils voient concrètement les effets de leurs « erreurs » sur le global. 

Le manager apparaît plus comme un chef d’orchestre qui permettra à la parole de se libérer en toute sécurité, éviter les mises en causes individuelles, désamorcer les futurs conflits, Anticiper les problèmes naissants dans la dynamique d’équipe. 

Ce qui est important est de mettre en place cette phase où les réalisations sont collectivement évaluées et appréciées. Bien évidemment sur les faits. Pas d’opinion, ni appréciation individuelle. 

L’équipe s’auto régule et se positionne dans un processus d’amélioration constant fondé sur des appréciations, transparentes, publiques et régulières. 

Quand on est auto entrepreneur ou indépendant ? L’avis client sera prépondérant il faudra systématiquement le rechercher le solliciter afin d’avoir un regard extérieur sur ses réalisations ; prendre le temps dans un emploi du temps chargé des moments d’auto évaluation, en toute lucidité, sur ce que l’on fait bien ou ce qui doit être amélioré. Généralement les professionnels qui ont créé leur activité ou entreprises savent se remettre en cause.

Les résultats sont un bon indicateur CA en hausse et baisse ? Dans le cas contraire il y a des choses à changer ou améliorer. 

Conclusion

On l’aura compris ce qui nuit à la progression c’est la recherche de la faute et la mise en cause des individus.  Les grandes organisations sont remplies de personnes qui créent des processus et procédures afin de se protéger contre toute mise en jeu de leur responsabilité individuelle.

La prise de risque n’est pas valorisée, c’est le moins que l’on puisse dire. 

Qui aime être mis en cause personnellement dans un échec, ou une moindre performance ? 

Pour autant comment surmonter ces réactions de protection, ces lourdeurs induites ?

La culture du feedback permanent ou débriefing sont des outils à tester et mettre en place dans les organisations ; pour ma part, je leur trouve plus de vertus que les traditionnelles évaluations qui rappellent trop les notes en classe. 

Il convient de sortir de la culture de la faute, de la responsabilité et de la sanction pour entrer dans l’ère de la recherche de la performance acceptée, et du dialogue entre adulte. 

L’excellence se joue sur les détails et l’état d’esprit. Elle est à la portée de tous. 

Cela devrait vous intéresser

L’ ATTENTION ET INTELLIGENCE EMOTIONNELLE

L’ATTENTION NOUVELLE COMPOSANTE DE L’INTELLIGENCE EMOTIONNELLE. Sommaire de l’article Qu’est-ce que l’attention ? Pourquoi avons-nous perdu cette capacité naturelle ? La perte

ETES VOUS APPRECIE(E) A VOTRE JUSTE VALEUR?

Comment Être reconnu(e) à sa juste valeur ?  “Le désir le plus profond de la nature humaine est le besoin d’être apprécié.” – William

ETES VOUS EN ETAT DE CHOC EMOTIONNEL ?

FAITES LE TEST GRATUIT ECOUTEZ LE PODCAST Un choc émotionnel est un évènement qui va fortement vous impacter affectivement.  Aujourd’hui le risque

Laisser un commentaire

Retour haut de page