ECOUTEZ NOTRE PODCAST COACHING TIPS

Et si on parlait motivation ?

Le principal problème de la motivation n’est pas qu’on en manque. Nous sommes tous et toutes très motivé(e)s à l’idée de créer notre entreprise, apprendre une nouvelle langue, débuter un projet, changer de travail, partir en vacances, reprendre le sport, perdre du poids…

Non le problème de la motivation c’est d’abord la durée car nous savons toutes et tous que rien ne se réussit en deux minutes (si mais ça n’entre pas dans le cadre de mon article). Pour atteindre un résultat nous devons être motivé sur la durée. Au moins aussi longtemps et au degré d’intensité nécessaire à l’atteinte de notre objectif.

Et là ça coince !

Notre motivation pourrait ressembler à un schéma comme ci-dessous, non ?

Sans titre

Toute la question est comment rester motivé dans le temps nécessaire à l’atteinte du ou des objectifs fixés ?

Comment maintenir le bon niveau d’intensité ?

1.

Vos objectifs

Bleu Plat et Minimaliste Enfants Mode Site web

Je vois d’ici certains petits malins qui vont tout de suite voir la faille. Pour être motivé il faut se fixer des objectifs que l’on est certain d’atteindre. Commençons par viser modeste disent-t-ils !

Bravo pour votre sagacité…sauf que c’est le contraire qui fonctionne. Un objectif facile, aura tendance, au contraire à émousser votre motivation. L’excès également.

Mon conseil :

  • Fixez-vous des objectifs suffisamment ambitieux pour vous permettre de vous améliorer dans le domaine choisi. Un objectif ambitieux c’est plus que ce que vous êtes certain de réaliser et en dessous de ce que vous êtes certain de ne jamais pouvoir atteindre (dans un premier temps).
  • Surtout prévoyez des étapes intermédiaires on parlerait en conduite de projet, de jalons. Vous décidez de perdre du poids commencez par fixer une baisse de 1 kg chaque 2 semaines le premier mois puis augmentez l’intensité de votre perte pour arriver à 1,5 kg maximum par semaine. Vous souhaitez escalader le Mont blanc entraînez vous à développer votre foncier en courant une fois par semaine, puis deux, entraînez-vous à grimper des collines de plus en plus difficiles. Etc.
  • Soyez progressifs et souples. Chaque jalon atteint entraîne la satisfaction d’avoir réussi cette première étape puis prévoyez une progressivité dans vos différents jalons afin de graduellement augmenter la difficulté. Beaucoup d’échecs proviennent d’une volonté trop affirmée de vouloir, trop vite et trop fort atteindre le résultat final. Le temps est un allié ; en fonction des aléas de votre vie, du contexte adaptez vos jalons et objectifs mais conservez le cap. Vous pouvez vous blesser, et ne plus pouvoir vous entraîner ça n’est pas grave faites ce que vous pouvez pour préserver votre projet (travaillez sur les itinéraires et les cartes, le climat, le matériel pour votre ascension du mont blanc) ; puis quand c’est possible reprenez votre entraînement.
  • Félicitez-vous, encouragez-vous, entretenez une vision positive de vous, de vos chances de succès, de vos capacités, la difficulté sera au rendez-vous, les coups de mou selon l’expression, c’est normal et pas grave. Ce qui est grave c’est l’abandon.
  • Éviter la fausse progressivité et affronter sa réalité : nous connaissons tous ces fumeurs qui veulent arrêter et qui tirent sur une cigarette électronique en tout lieu et en toutes circonstances. C’est une fausse progressivité dans l’atteinte de l’objectif du sevrage du tabac. C’est vouloir arrêter de fumer tout en conservant le geste du fumeur, la fumée etc … Se pose inévitablement la bonne question : « souhaitez-vous vraiment arrêter ? ». Il en va de même pour votre objectif, confrontez-vous à votre réalité souhaitez-vous vraiment votre objectif ?

2.

Motivé(e)s sur la durée

C’est bien évidemment le nerf de la guerre ; un peu chaque jour produira plus de résultats que beaucoup pendant un laps de temps puis plus rien.

Untitled copie

Alors comment maintenir la flamme ?

 Je vous propose plusieurs bonnes pratiques à expérimenter :

 

  • Le plaisir : l’atteinte de votre objectif et des objectifs intermédiaires doit être une source de réel plaisir. N’hésitez pas à vous faire des cadeaux à chaque succès. Un bon cinéma, une sortie avec des amis, l’achat d’un bon bouquin etc.
  • L’importance de la routine positive : vous souhaitez apprendre une langue étrangère ; travailler sérieusement pendant 15 minutes par jour produira sur la durée plus de résultats qu’une heure par semaine. Intégrez vos objectifs principaux dans votre journée. Transformez cela en routine ; certains courent 30 minutes tous les matins pour se maintenir en forme ; cela devient une seconde nature qui ne demande plus aucun effort particulier. Au bout de 21 jours toute corvée faites dans l’idée d’atteindre un objectif que vous avez choisi se transformera en routine et ne vous demandera plus aucun effort.
  • Faites partie d’un groupe : vous n’êtes pas seul(e)(e) à vouloir escalader le mont Blanc, à vouloir perdre du poids, vous remettre au sport, créer votre entreprise dans le digital etc. rencontrer d’autres personnes qui nourrissent le même projet, outre le fait que vous allez apprendre des choses ; vous allez renforcer votre motivation et trouver du soutien à travers la dynamique du collectif. Vous vous rendrez compte que beaucoup connaissent les mêmes difficultés ou problèmes que vous.
  • Donnez du sens à vos objectifs : décider de perdre du poids, à la veille des vacances, afin d’entrer dans son maillot de bain est sûrement une bonne motivation. Le problème est que l’horizon temps et l’objectif réel sont liés à un épisode éphémère. Le risque est d’atteindre l’objectif ponctuellement et de reprendre derrière les kilos perdus. Par contre décider d’avoir une meilleure silhouette afin de gagner en qualité de vie, avoir une meilleure santé sur le long terme afin de pouvoir réaliser et faire plus de choses dans la vie, développer son impact professionnel et personnel grâce à une tonicité physique au top aura plus d’impact sur notre motivation, dans la durée, que se choisir des buts à atteindre trop au raz des pâquerettes.
  • Agissez en direction de votre objectif en permanence : l’action seule permet d’atteindre son objectif. L’idée est de ne jamais laisser la flamme retomber en alimentant sa motivation même par des lectures.

3.

La bonne intensité

C’est une source de confusion fréquente ; nous confondons motivation et niveau de motivation, comme s’il existait un type de motivation à intensité linéaire pour toutes et tous quelque soit l’objectif que nous poursuivons. Souvent nous sommes motivés, la motivation est là, présente, c’est son intensité qui pose problème. D’ailleurs quand on parle de baisse de motivation cela ne signifie pas que nous n’avons plus de motivation mais qu’elle n’a plus l’énergie suffisante pour nous porter vers notre objectif.

 
il est important de reconnaître que nous sommes pas des machines avec un niveau de motivation et d’intensité réglés au millimètre et stable. Nous ne sommes que des êtres humains avec nos forces immenses et nos faiblesses. 
Même les plus motivés d’entre nous connaissent des chutes de motivations, des envies plus ou moins fortes en fonction des jours.
Notre implication dans la réussite de notre projet est une variable qui n’est pas constante si nous n’y prenons pas garde ; si le postulat de base est de dire que chaque action quotidienne nous rapproche de notre but, si nous laissons passer trop de jours sans nous nous éloignons de notre but.
Afin de nous assurer d’atteindre notre objectif je vous propose quelques pistes:
 

Nos émotions sont de l’énergie:  on connait les émotions pour leur utilité et leur signification. Mais ce que l’on ignore souvent c’est que nos émotions sont sources d’énergie positive ou négative. Bien évidemment nous avons besoin d’énergie positive pour avancer et avoir le bon niveau d’implication dans l’atteinte de notre objectif. L’enthousiasme, la joie, le plaisir, la passion, la satisfaction, l’ambition sont des émotions à nourrir et privilégier. Les émotions négatives, défaitisme, négativité, esprit d’abandon seront, non pas à éliminer, mais plutôt diminuer leur durée et leur impact. Pratiquez la pensée positive. Chaque fois qu’une pensée négative vous atteint, prenez en conscience et dites-vous que ça ne vous aide pas, et « switchez » vers une émotion plus positive. Utilisez votre langage intérieur pour vous encourager : « tu vas y arriver, tu as les moyens de réussir, accroche-toi etc. 

Évitez l’excès : nous avons toutes et tous connus ça ; nous sommes tellement motivés par notre objectif que nous y mettons tous les moyens avec passion, une intensité maximum, une rage de vaincre à toute épreuve. Le problème est que cet état de surrégime ne peut pas durer. S’en suivra immanquablement une baisse d’intensité qui souvent sera interprété par notre équilibre personnel comme un désengagement, une perte de motivation. Cette situation peut être décisive dans l’arrêt sur la route de votre objectif. Donc commencez doucement et montez dans le temps en intensité sera une méthode plus efficace.

 

Conclusion

Comme beaucoup d’ingrédients du succès la motivation est une notion souvent invoquée mais en définitive pas si bien maitrisée que cela.

La seule conscience ou rationalisation d’un objectif à atteindre ne suffit pas à nous assurer que nous mettrons toutes les chances de notre côté.

Nous avons besoin de notre partie émotionnelle là où l’énergie de l’action existe. Passion, enthousiasme, capacité à surmonter et vaincre les échecs sur la route vers notre objectif final.

Notre motivation est fragile, entretenons là quotidiennement comme un bon jardinier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela devrait vous intéresser

La chance est elle une compétence ?

Quand le succès est au rendez-vous, notre humilité naturelle nous amène à penser que c’est grâce à nos nombreux talents. La vérité

Sommes nous tous EGO ?

L’ego désigne la représentation et la conscience que l’on a de soi-même.  Tiré du latin et du grec « ego » signifiant « moi » ou « je ». Toute la question est celle

La pensée positive est-elle utile?

Le sujet majeur de la pensée positive est le rapport au réel. Selon le mot célèbre « l’histoire est tragique ». La vie des