ECOUTEZ NOTRE PODCAST COACHING TIPS

Développez votre soft power épisode 2

Le réseautage

Je me souviens d’un entretien, avec un consultant RH qui était chargé d’une mission de recrutement pour l’entreprise dans laquelle je travaillais.

« A votre niveau, vous devriez consacrer une journée par semaine au faire savoir et à l’entretien de votre réseau » 

J’avais trouvé ce conseil intéressant ; et m’étais empressé de l’oublier.

Consacrer 20% de sa semaine et presque une semaine par mois à cet exercice me paraissait excessif et je ne l’ai jamais suivi.

Rejoignant, par mon attitude, la grande majorité des cadres qui travaillent, se consacrent entièrement à leurs missions et pensent que le savoir-faire se suffit à lui-même.

N’y a-t-il pas une expression anglaise qui affirme « acts speack louder than words » ; les actes parlent plus fortement que les paroles ?

Je fais également parti des observateurs du monde professionnel qui constatent que certaines personnes très douées pour la communication et le faire savoir (parfois c’est leur unique talent ou soyons charitable leur talent principal) réussissent des trajectoires professionnelles enviables.

Dans mes observations du monde professionnel, il m’est arrivé également de constater que certains lobbyistes se tiraient une balle dans le pied et finissaient mal, à la fin.

Faire sa publicité, du réseautage, est-il utile dans le monde professionnel ?

Oui !

Quand il faut choisir un homme ou une femme pour un poste on ne pourra penser qu’aux personnes que l’on connaît ; Donc toute la démarche consiste à se faire connaître positivement.

Mais pas nécessairement comme ce sujet est souvent présenté ou conseillé.

Tout comme dans l’épisode 1 il va falloir commencer par désapprendre certaines mauvaises habitudes.

 

1.

Oubliez les conseils classiques
sur la manière de se constituer un réseau

J’ai toujours été circonspect devant certains ouvrages ou même certaines méthodes proposées, avec tableau Excel où vous inscrivez tous les noms des décideurs ; Souvent c’est la copie de l’organigramme des « gens qui comptent » de l’entreprise.

Certain (es ) lobbyistes pensent, s’en sortir, en déjeunant, rencontrant, communiquant avec toute la chaîne hiérarchique…

Mails d’informations, rencontres suscitées, proposition de participation à des groupes de travail…invitations à déjeuner, petit déjeuner, notes en copie, partage des succès dans les réseaux sociaux internes…

Les idées ne manquent pas, l’imagination non plus, le mauvais timing, la lourdeur, le mauvais goût parfois s’invitent également et provoquent l’effet inverse à celui recherché…

Lors des cocktails ou évènements publics de l’entreprise c’est toujours un manège intéressant à observer que cette danse des solliciteurs qui tentent d’approcher les puissants par leurs sourires, rappeler leur nom, échanger quelques banalités, parfois s’essayer à donner des idées, vanter avec excès les qualités du dernier produit lancé, les qualités de leur nouveau manager, la pertinence de la dernière organisation, les qualités du dernier logiciel. (Ça fait bien non ?)

Les voilà proposant leurs services, racontant avec forces détails tout ce qu’ils font de bien dans l’entreprise, parfois même poussant le professionnalisme à jouer les faux modestes et vanter l’esprit d’équipe de leur département, la qualité de leurs collaborateurs (ça fait bien non ?).

Ce côté systématique et artificiel est dangereux pour son auteur ; ça fait longtemps que ça ne fonctionne plus même dans les grands groupes.

Pour employer une image amusante, que penser d’une personne qui commencerait sa phrase par un « pour être tout à fait honnête avec vous… » ; ce qu’on peut dire c’est que les rapports commencent mal.

Pensez-vous sincèrement que ce faux feedback positif vous vaudra le moindre avantage professionnel ?

 Que ces minutes arrachées de haute lutte aux puissants à l’occasion des évènements publics, laissera une empreinte positive sur eux ?

La probabilité reste très, très, très faible.

Alors par quoi commencer ?

2.

Soignez vos relations avec votre environnement proche

C’est la première étape indispensable ; aujourd’hui à l’ère de la communication pensez-vous que ce qui se passe :

  • Au sein de votre équipe, surtout si vous êtes manager
  • Vos rapports avec vos pairs
  • Vos rapports avec votre hiérarchique
  • Vos rapports informels avec toutes les personnes que vous croisez

restent inconnues ?

Non bien sûr, et si le bruit de fond vous concernant est positif c’est déjà un premier point ; si ça n’est pas le cas, inutile de perdre votre temps en lobbying.
Sauf à ce que dans votre entreprise (ce qui arrive parfois- les n+2 ne sont pas informés de ce qui se passe dans l’entreprise…ou mal informés.)

Votre première démarche consistera à entretenir des rapports personnels avec vos collaborateurs et toute personne qui vous approche, efficace, collaboratif, positif, respectueux, sympathique.

Nous connaissons toutes et tous des personnes qui ignorent ce qui est en dessous et sont obséquieux avec tout ce qui est au-dessus ; heureusement ça fonctionne de moins en moins. (En tout cas je l’espère)

Votre premier acte d’influence consistera à « séduire » dans le bon sens du terme toute personne qui vous approche ; transformez-les en supporters par votre gentillesse, votre écoute, votre ouverture, votre esprit donnant et collaboratif et ce gratuitement, soutenez-les quand c’est nécessaire, encouragez-les toujours, bannissez la médisance de vos propos, partagez l’information.

S’il y a une première étape c’est qu’il en existe une deuxième non ?

En effet, pratiquez le vagabondage relationnel.

3.

Saisissez chaque opportunité pour vous faire connaître

Le Président de la fédération de coach professionnel à laquelle j’appartiens ( Christian BAROU-Président de la FFCPRO) utilise cette expression que je lui emprunte volontiers tant elle est juste. Le vagabondage relationnel.

Chaque opportunité de contact au sein de l’entreprise doit vous permettre de vous faire connaître ; vous assistez à une réunion, vos questions pertinentes, votre attitude positive et facilitante, votre contribution pour faire avancer les choses seront appréciées.

C’est une démarche contraire à celle souvent préconisée, vous ne provoquez pas artificiellement des rencontres, vous utilisez celles qui se font afin d’entrer en contact, vous faire connaître et apprécié.

Vous verrez, sans être obligé d’attendre trop longtemps, le hasard mettra sur votre route les bonnes personnes à rencontrer au bon moment.

Votre halo positif vous aura précédé ; peut-être même que certains voudront connaître la personne dont le bruit de fond et si positif.

Le lobbying qui fonctionne c’est un lobbying qui s’appuie sur une réalité professionnelle objective bonne et un relationnel humain de qualité.

4.

Soyez modeste mais pas transparent

Là aussi c’est une question d’équilibre.
Tout le monde se souvient de ce film Wall Street avec ses traders extravertis, excessifs et imbus d’eux-mêmes.

Sans verser dans la caricature des extravertis (profil qui commence à passer de mode) manifestez votre présence, en prenant la parole, posant des questions, exprimant votre avis, mais toujours avec équilibre et positivement. Tout peut être dit à condition de savoir le dire.

J’ai souvent constaté dans ma vie professionnelle que ceux qui prenaient beaucoup la parole lors des réunions n’avaient pas toujours quelque chose de pertinent et de vraiment utile à dire mais ils occupaient le terrain.

Par contre on voyait des personnes introverties silencieuses, ramassées sur leur chaise autour de la table, le regard fuyant, la tête baissée alors que peut être leur avis ou question auraient été décisives pour faire avancer les choses.

Soyez dans la mesure, modeste mais présent et occupant le terrain, vous avez des choses à dire qui intéressent la collectivité contrairementnt à ce que vous pouvez penser..

 

Conclusion épisode 2

Marre de voir certains postes confiés à des personnes dont vous pensez que vous pourriez faire aussi bien ?

Parfait c’est une frustration positive à partir de laquelle vous allez pouvoir bâtir quelque chose.

Commencez par transformer toutes les personnes que vous croisez en supporter.

Comment ?

En leur rendant service, en étant bienveillant avec elles, en leur permettant d’atteindre leurs objectifs ; il y a tellement à faire pour soutenir et aider gratuitement les personnes autour de nous.

Ne vous inquiétez pas vous trouverez.

Très vite vous allez devenir une solution pour beaucoup de monde ; ce qui est beaucoup mieux qu’être un problème ou un sujet d’interrogation.

Et puis, sachez, même si ça ne paraît pas rationnel comme affirmation (mais notre univers l’est-il vraiment ?) ; que tout ce que vous apporterez gratuitement vous sera rendu au centuple.

Faites l’expérience. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela devrait vous intéresser

Comment réduire sa charge mentale ?

J’écoute le PODCAST de l’article Notre cerveau représente 2% du poids du corps mais consomme 20-25% de notre énergie totale. C’est une

L’imagerie mentale 

J’écoute le podcast de l’article Au service de notre bien -être et performance Dans la série Formule 1 sur NETFLIX on voit