ECOUTEZ NOTRE PODCAST COACHING TIPS

Comment réussir son burnout ?

En 6 étapes infaillibles

L’une des caractéristiques des personnes en situation de burnout est qu’elles ne s’en rendent pas toujours compte elles-mêmes.

Il en va du burnout comme de tout, il y a des degrés et des différences entre individus. Ça n’est pas par ce que vous n’êtes pas en arrêt maladie avec l’incapacité à travailler que vous n’êtes pas en burnout.

Le burnout est un mal insidieux qui mine à petit feu la victime jusqu’à qu’un matin (généralement) le corps dise stoppe. Physiquement la personne n’arrive même plus à se lever de son lit.

C’est le début d’un long chemin de reconstruction, qui aboutira, souvent, à un changement de vie. Certaines personnes d’ailleurs n’arriveront plus jamais à exercer le même métier qu’avant. Métier auquel elles ont souvent tout sacrifié.

Malheureusement j’en ai croisé beaucoup qui n’étaient plus les mêmes après qu’avant, moins de solidité, une fragilité plus marquée, une incapacité à supporter le stress, le bruit, la foule. Un désir de retrait comme une « petite mort » qui les étreint. Retrouver le chemin de la joie, du sourire, des interactions sociales demandera beaucoup de temps et d’affection de l’entourage.

S’il est facile de reconstituer le parcours a posteriori, peu de personnes qui ont vécu cette expérience ont eu conscience pendant la période qui précédait cette cassure qu’elles cumulaient tous les ingrédients ; Tous les feux étaient à l’orange, voire certains au rouge cramoisi mais elles n’ont pas vu, pas voulu voir peut-être, jusqu’à ce que l’inéluctable se produise.

C’est un peu comme les fumeurs, dire qu’il faut arrêter ne suffit pas vraiment à les motiver à passer à l’action, leur faire peur à grand renfort d’images choquantes sur les paquets, non plus.

Alors dans cet article, préventif, à l’attention de toutes et tous, j’ai pris résolument le problème à l’envers.

Allez et si on se faisait un beau burnout ?

Pas un truc mesquin et riquiqui, non un vrai burnout un truc géant ; comment faut-il faire ?

Allez comme c’est vous je vais vous donner le truc, vous verrez c’est absolument infaillible.

1.

Ignorez vos valeur & votre identité

Votre entreprise vous demande de relayer des réformes qui vous paraissent sans fondement sérieux ? Vous devez trouver des motifs bidons pour vous débarrasser de tel collaborateur ou trice qui gêne ?

Fonce Bleu et Turquoise Jeux YouTube Chaine Art copie 4

Vous devez fermer tel service, continuer à faire travailler vos équipes en sous effectifs volontairement organisé afin de faire des économies ? Sans se préoccuper de la surcharge de travail pour ceux qui restent ?

On vous demande d’organiser un plan social en lousdé ? (Vous savez laisser partir les gens et prendre un temps infini pour les remplacer ?)

Vous devez noter un pourcentage obligatoire de collaborateur en « non satisfaisant » histoire de rester dans l’enveloppe budgétaire de fin d’année ? Même s’ils ne méritent pas cette évaluation injuste.

Faites taire en vous cette petite voix qui vous dit que tout ceci ne ressemble pas à ce que vous êtes, à vos valeurs, que ça n’est pas bien !

Souriez, dites oui et faites bêtement tout ce qu’on vous demande.

Surtout ne vous faites aucune illusion personne ne vous sera reconnaissant d’avoir fait tous ces renoncements, pire s’il arrive un problème sachez que ça sera vous le ou la responsable. 

Mais ce n’est pas grave optez pour l’obéissances absolue, vous verrez que c’est un accélérateur de carrière. (dans un premier temps).

2.

Surtout pas d’empathie ni d’humain

ignorez vos émotions

Fonce Bleu et Turquoise Jeux YouTube Chaine Art copie 5

Faisons l’éloge du tableur Excel, du PowerPoint type grand cabinet de consultants. C’est bien connu les bonnes décisions se prennent entre gens raisonnables.

Il n’y a absolument rien de personnel là-dedans. Selon l’expression.

Évitez les communications directes, écrivez des mails pour laisser des traces on ne sait jamais, ça pourra servir contre les collaborateurs.

D’ailleurs, dés leur embauche si on pouvait organiser leur dossier de licenciement ça serait vraiment bien ; c’est une démonstration d’esprit d’entreprise et de capacité d’anticipation.

Construisez des équipes de tueurs qui en veulent, où la compétition fait rage. Ça serait mieux si on pouvait par exemple en virer 10% tous les ans afin d’être certain de ne conserver que la crème de la crème. C’est bien cette expression de la crème de la crème, c’est bien cet esprit de compétition destructeur entre les membres de l’équipe.

Pas de copinage surtout, dans le travail on ne doit avoir aucun ami, rien de sensible. On doit pouvoir prendre des décisions en situation neutre, rationnelle, sans aucune influence. La sensiblerie et les émotions tuent l’efficacité professionnelle, c’est bien connu.

Devenez des machines, froides, calculatrices, cérébrales, sans affect, aucune empathie. Ou en tout cas essayez de le devenir en apparence même si au fond de vous vous savez bien que cette culture vous mine et n’est pas votre naturel.

On vous parle vous souriez poliment, mais franchement vous n’en n’avez rien à faire de ce qu’on vous raconte ; ça fait bien d’écouter ses équipes, d’ailleurs vous avez fait un stage ; Conservez bien la forme qui va bien pour faire semblant mais sur le fond poursuivez votre route et surtout aucune hésitation.

N’hésitez pas à utiliser votre environnement comme des outils au service de votre ambition et de votre évolution de carrière.

Soyez vous-même un outil au service d’une cause plus grande que vous ! (vous pouvez toujours le croire)

3.

Sacrifiez tout à la cause de votre mission sacrée

Surtout n’ayez aucun recul par rapport à votre entreprise et votre travail. C’est l’alpha et l’Omega de votre vie.

Fonce Bleu et Turquoise Jeux YouTube Chaine Art copie 3

Vous travaillez d’arrache-pied toute la journée. Si possible partez après l’heure et arrivez un peu avant tout le monde.
Surtout et c’est important :

  • Ne prenez pas vos RTT
  • Amenez du travail à la maison
  • Répondez et envoyez des mails à toute heure du jour et de la nuit.
  • Portez-vous volontaire sur tous les projets stratégiques
  • Bossez le weekend au moins une bonne journée pour bien préparer la semaine à venir.
  • En vacances ne ramollissez pas, suivez les dossiers, répondez aux mails, faites des conf-call, des Zoom, des Webex.
  • Ne partez pas trop longtemps 1 semaine ou 2 mais pas plus. On ne sait jamais.

Et puis ce sport que vous faisiez est-ce vraiment utile ?

Notre recommandation pour votre santé :

  • Mangez très vite à la cantine, pour remonter au bureau plus rapidement ; Si vous pouvez, mangez en travaillant c’est beaucoup mieux.
  • Arrêtez vos loisirs stériles et inutiles, votre sport favori (c’est pour les feignants ou les retraités)
  • Buvez énormément de café en dessous d’une dizaine de tasses c’est que vous êtes un peu mou.
  • Ne perdez pas votre temps à voir vos amis, votre famille, vous occuper de votre conjoint, vos enfants, c’est vraiment une perte de temps intolérable.
  • Commencez quelques addictions pour tenir le coup, buvez un petit coup le plus souvent possible, fumez beaucoup pour le reste on vous laisse le choix du poison ; Vous verrez ça aide à dépasser toutes ses limites.
  • Prenez du poids, beaucoup de poids ça fera un bon rempart contre le reste de l’univers.

4.

Dites oui au stress & n'hésitez pas à le partager

Fonce Bleu et Turquoise Jeux YouTube Chaine Art copie

Les outils qui sont censés libérer l’être humain des taches absurdes pour ne conserver que l’important et l’intéressant nous dominent aujourd’hui.

Le temps s’est raccourci, les délais pour réaliser notre travail aussi, Le digital, les outils de productivités sont devenus des maîtres tyranniques, jamais satisfaits.

Nous ne faisons jamais assez, jamais assez vite, jamais assez bien. Bien faire son travail est très insuffisant il faut viser l’excellence.

Notre travail est mesuré en temps t en permanence, évalué, qualifié. La nuance n’a plus de mise comme aux temps de la Rome antique un pouce levé et vous voilà au Nirvana, un pouce baissé et vous voilà devenu un mauvais.

Notre conseil :

  • Acceptez d’en faire toujours plus, sans moyens, et surtout n’hésitez pas à accélérer ce phénomène auprès de votre entourage et vos équipes si vous en avez.
  • Si vous êtes manager soyez un accélérateur de particules de stress.
  • Acceptez le stress, vivez-le, intensifiez-le, développez-le, vivez dedans H 24.
  • Surtout ne vous laissez pas influencer par ces mouvements suspectes qui prônent le ralentissement, le « less is more », la méditation de pleine conscience, l’équilibre. Bref évitez ces pensées néfastes.
  • N’acceptez de prendre aucun recul. Soyez dans l’action immédiate, ne réfléchissez pas. (D’ailleurs on ne vous en demande pas tant).
  • Mettez la pression sur les délais. Chez vous pour commencer.
  • Donnez des objectifs très ambitieux, voire inatteignables et ne donnez pas les moyens d’y arriver et encore moins la formation qui va avec.

5.

Fuyez la liberté d'expression & combattez là partout
à commencer chez vous

Il existe, dans certaines entreprises, des services communications. Qui parfois, emportés par leur élan, régentent le bien parler au sein de la structure.
Ce sont les éléments de langage.

Fonce Bleu et Turquoise Jeux YouTube Chaine Art copie 2

Une mauvaise année devient une année de transition.

Une réforme où on ferme des services, des agences, où on supprime des postes, un ajustement au marché. Voire une opportunité de développement.

Bref, vous savez on transforme une réalité insupportable en expression acceptable par tout le monde. Si Staline, un autre grand communiquant, a dit que les faits sont têtus, rassurez-vous on peut tromper son monde avec le niveau d’expression et de façon de présenter les choses qui va bien. Et puis franchement qui vous dit que la réalité intéresse ? Non mais franchement vous pensez à quoi ?

Notre conseil :

  • Apprenez la langue de votre environnement, parlez là dans le texte. Et surtout fuyez toute expression ou mots qui trahiraient votre identité, votre pensée. Dissolvez-vous dans le verbiage de cette secte à laquelle vous appartenez.
  • Vous êtes manager ? Super vous allez pouvoir, par tous les moyens étouffer les expressions un peu trop libres, de vos collaborateurs. Vous savez cette façon inimitable de ne pas contredire quelqu’un (argumenter ou expliquer c’est déjà se justifier dans certains endroits) tout en lui faisant bien comprendre que son avenir dans la structure est compromis s’il ne change pas sa façon de parler.

6.

Vivez dans l’insécurité & la peur

Beaucoup d’histoires de harcèlement qui conduisent à un burnout commencent par ce sentiment qui est éprouvé d’avoir peur pour son emploi, son travail, sa réputation.

A ce stade une anecdote mérite d’être racontée. J’ai rencontré plusieurs personnes qui un jour m’ont dit avoir apprécié l’un de mes articles un peu décalé et corrosif.

Pourquoi n’avez-vous pas commenté ou liké ?

Je ne voulais pas que mon entreprise ou parfois on me dit mon hiérarchique voit que je partage certaines de vos idées…

Voilà la réalité de certains salariés (et pas une minorité) une sorte d’omerta semble régner. Surtout ne pas s’exprimer, ne pas se dévoiler, de crainte des conséquences.

Pensez-vous un seul instant que l’on puisse donner le meilleur de soi-même dans la peur ?

Nous arrivons à la fin de l’année, cette période des évaluations, certains vont découvrir avec stupéfaction et douleur ce que pense leur hiérarchique de leur travail. Parfois ces évaluations qui doivent être objectives, et ne le sont jamais en réalité, tournent au règlement de compte personnel.

Cette situation crée un sentiment d’insécurité chez les collaborateurs.

Peur, insécurité voilà un autre beau cocktail qui tue, à petit feu l’enthousiasme des débuts de chaque salarié (voir notre article « comment échapper aux tueurs d’enthousiasmes »)

Conclusion

Les entreprises auraient des difficultés à embaucher ?

Il y aurait beaucoup de démissions, de projets personnels ?

Il y aurait beaucoup de mal être, de burnout ?

Ah oui vraiment ?

J’ai été surpris par les statistiques du nombre de salariés qui se sentiraient mal au travail. (60% ?)

Sans relayer ici ce chiffre qui m’est apparu énorme ; je constate que l’ambiance au sein de l’entreprise est clé dans ce phénomène.

Les gens, comme on dit, sont-ils heureux au travail ?

Si la réponse est oui, alors peu de risque de burnout et pas de turnover excessif.

Si la réponse est non alors oui les risques psychosociaux existent et la difficulté à maintenir les effectifs et les clients ensuite existent.

Comment ne pas faire de burnout et comment mettre en place une ambiance de travail positive ?

 

  1. Chaque entreprise doit fonctionner selon des valeurs éthiques fortes et partagées par ses membres ; cela doit se traduire concrètement et pas seulement s’affirmer.
  2. L’humain, l’empathie, la bienveillance, le droit à l’erreur, le respect réciproque doivent être au cœur de l’animation des équipes.
  3. L’équilibre doit être recherché. Donner le juste temps pour réaliser les missions, respecter l’équilibre vie privée et vie professionnelle et mettre en place des procédures pour que cela soit respecté. Donner les moyens, laisser de la liberté dans la réalisation aux équipes.
  4. Combattre le stress collectivement en développant une culture d’entreprise fondée sur la recherche positive de la performance et pas l’incantation, l’injonction, la sanction, la comparaison, l’ambition débridée et les objectifs sans fondement factuel.
  5. Laisser les gens libres de leur expression, privilégier le dialogue, l’échange, l’explication. Personne ne doit craindre pour son avenir simplement pour ce qu’il dit. Ce qui est fait doit présider à l’évaluation.
  6. Tout ce qui développe la peur doit être combattu. Des procédures anonymes de remontées d’informations doivent être mise en place pour favoriser la remontée et le traitement des comportements déviants tout en protégeant les donneurs d’alertes.

Le burnout n’épargne personne ; la complexité, la rapidité des évolutions mettent les structures sous tension.

Il est tentant pour certains qui n’ont pas les clés de sortie des difficultés de reporter sur les membres de la collectivité toute cette pression ressentie, parfois cette peur de ne pas y arriver.

C’est humain, mais totalement contreproductif.

Si vous vous reconnaissez dans au moins 3 des 6 critères énoncés ; faites une pause, posez vos crayons et prenez du recul.

Qu’est ce qui m’arrive ?

Regardez les faits en face sans exagérer ni minimiser (une autre tendance pré burnout)

Exprimez ce que vous ressentez ; verbalisez.

Vous voyez vous continuer comme ça encore longtemps ?

Vous pensez que vous n’avez aucune option, aucune alternative ? Si, on a toujours le choix et toujours des alternatives et des portes de sorties.

Sachez dire stop, non, reprenez votre vie en mains, votre santé, votre vie personnelle en vous accordant du temps pour vous.

Reprenez goût aux échanges sociaux, voyez vos amis, votre famille reprenez contact avec les vieux amis d’avant, sortez. Forcez-vous au début.

Faites-vous accompagner. 

La réalité est que vous n’allez pas bien, souvent, sans vouloir ou pouvoir l’admettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela devrait vous intéresser

Developper son bien-être au quotidien

Grace à 3 initiatives simples Se sentir bien, être joyeux, heureux de vivre, travailler dans la fluidité facilement et avec plaisir. Sentir