ECOUTEZ NOTRE PODCAST COACHING TIPS

Comment remplir de succès ses journées ?

Le concept des séquences

Quelle journée de m… !

Ça vous rappelle quelqu’un ?

Nous sommes toutes et tous confrontés à ces journées dont on aimerait qu’elles finissent au plus vite tant elles sont pénibles et jalonnées de déconvenues.

Parfois on a le sentiment, d’un enchaînement de bêtises de notre part qui ne font qu’aggraver la situation, comme si une partie de nous recherchait la chute.

Quand ça n’est pas l’environnement qui en rajoute une louche, selon l’expression.

Objectivement est-ce vraiment le cas ? sont-elles si mauvaises et si oui pourquoi ?

Comment inverser la vapeur ?

Quelle journée merveilleuse j’aimerai quelle dure éternellement !

Ça vous rappelle quelqu’un ?

Nous avons toutes et tous vécus des journées magnifiques, où tout était fluide, plaisant, où tout nous réussissait.

Un enchaînement parfait de bonnes nouvelles, d’actions réussies, d’interactions plaisantes et stimulantes avec notre environnement.

Comment faire pour en avoir plus, des journées de ce type ?

 

 

1.

Le temps une abstraction émotionnelle

Un nouveau depart copie

Le temps est une abstraction.

Il y a plusieurs dimensions dans le temps, le temps vécu, le temps ressenti, le temps factuel mesuré ; il semble bien que ce sont les sensations ou émotions vécues qui donnent au temps sa substance et l’appréciation que nous en avons.

Les évènements désagréables nous laissent une perception de leur durée souvent surévaluée. au contraire les évènements heureux qui nous procurent des sensations positives passent plus rapidement.

Quand on est à la terrasse d’un café (ça c’était avant) avec des amis, les heures paraissent au contraire des minutes et le temps passe trop vite.

S’il y a une dimension objective à notre journée, il faut la trouver dans le fait qu’une journée c’est le temps qui s’écoule entre le lever et le coucher du soleil.

Nous sommes toutes et tous immergés dans le temps ressenti, le temps vécu.

D’ailleurs la question « comment s’est passée ta journée ? » nous contraint à un exercice de style que notre cerveau aime bien. La réécriture des faits.

Généralement cette réécriture se fait à partir des moments, au sein de notre journée où les émotions ressenties ont été les plus notables.

Selon un principe de sélectivité bien ancré notre cerveau va nous livrer sa version de notre journée à partir des émotions ressenties et selon leur intensité, occultant au passage une grande partie des évènements plus petits mais nombreux qui ont jalonné cette journée.

Parfois un seul évènement même ténu mais dont l’intensité émotionnel aura été fort nous amènera à qualifier notre journée de bonne ou mauvaise. Selon la tonalité de l’évènement en question.

 

2.

Une journée ?

Une succession de séquences

Une journée sera pour chacun d’entre nous ponctuée par une succession de séquences très différentes.

Et c’est comme cela qu’il convient de prendre cette unité de temps si importante qu’est la journée.

Un nouveau depart copie 2

Si on décide de considérer nos journées comme une succession de séquences de nature et de durées différentes nous devons adopter la technique dite du sous-marin. Vous savez avec ses portes qui évitent l’inondation éventuelle de tout l’habitacle.

Pour illustrer ce propos, avant d’arriver chez soi après une journée de travail positive ou non ; nous pouvons emmener avec nous nos soucis et préoccupations. Vous comprendrez que la tonalité de la partie privée de notre vie sera complètement différente.

La journée a été bonne et nous voilà d’humeur joyeuse et nos enfants avec nous. La bonne ambiance règne. Une mauvaise journée ; et c’est la soupe à la grimace, les tensions que les enfants ressentent parfaitement.

Certaines séquences sont des rituelles sans enjeu mais pas sans plaisir, ni importance. Prendre sa douche, son petit déjeuner, découvrir la presse etc. Le déjeuner, les réunions de travail, les rencontres, le chemin que nous parcourons. Chaque entretien différent, chaque moment peut être considéré comme une séquence de vie. Certaines séquences sont à fort enjeu, un entretien d’embauche, un examen, une intervention professionnelle délicate, d’autres de pure détente, prendre un café et discuter avec des amis.

A y bien réfléchir notre journée est ponctuée de beaucoup de séquences de nature et d’intensité émotionnelle différentes.

Ce sont les émotions vécues les plus intenses qui imprimeront le plus. Pour autant il n’y a pas nécessairement de lien entre intensité émotionnelle et importance objective.

Je retrouve ma voiture rayée sur le parking risque d’imprimer plus fortement mon état émotionnel qu’une décision prise qui économisera une somme plus importante sur mon budget.

3.

L'effet contagion et l'effet domino

Un nouveau depart 1

Comme tout le monde nous vivons des moments inoubliables au bureau. Je me souviens d’un patron, particulièrement soupe au lait et agressif qui mettait dans les réunions de service une ambiance électrique dès son entrée en salle.

Généralement, il était de mauvaise humeur (c’était chez lui un parti pris) ; s’en suivait une distribution de baffes verbales dont lui seul avait le secret.

Certains d’entre nous ressortaient de cette réunion, le moral dans les chaussettes. D’autres prenaient avec eux cette agressivité et la redistribuaient copieusement dans leurs propres équipes. D’autres enfin, prenaient cet exercice comme une plaisanterie et s’en amusaient et poursuivaient leur journée comme si de rien n’était.

A la lumière de cet exemple vécu ; la façon dont nous percevons un évènement extérieur peut provoquer chez nous des réactions très différentes.

Ceux qui se laissent intoxiquer, à un moment donné par une séquence particulière verront toute la journée soumise à cette tonalité négative. Rien ne fonctionnera vraiment bien tant que notre état interne restera englué dans le négatif.

Certains tenteront de diminuer leur pression en la redistribuant autour d’eux. C’est l’effet domino qui entraînera une succession de personnes qui recevront un « cadeau » agressif et verront leur état émotionnel se dégrader et par conséquent leur motivation et implication sur des durées plus ou moins longues selon l’intensité de leur vécu de la situation.

D’autres enfin, sauront changer très rapidement et sortir de l’état interne négatif dans lesquels on les aura mis pour rétablir leur état intérieur dans une zone qui leur permet d’avancer efficacement.

C’est tout l’enjeu de notre sujet. Peut-on mentalement s’entraîner à sortir rapidement d’un état interne inapproprié et inefficace, négatif en langage courant pour entamer une nouvelle séquence de sa journée dans de meilleures conditions.

 

4.

La préparation mentale du succés

Soit, nous restons dans un évènement passé et nous laissons emporter par sa charge émotionnelle négative soit nous sortons de cette spirale.

De toute façon, d’un point de vue pratique rester dans cet état ne procure à celui qui le vit aucun bénéfice. Ni dans ce qu’il ressent (il ne va pas bien) ni utile pour aborder avec confiance et des chances de succès le reste de la journée.

La « théorie » des séquences dans une journée a ceci de pragmatique et d’opérationnel c’est qu’elle nous permet de considérer que la séquence ratée est dans le passé et qu’elle est un évènement avec son début, son déroulé et sa fin.

Mais que dans une journée il y aura bien d’autres séquences avec d’autres enjeux et défis à relever et réussir.

On se concentre ensuite, sur le présent et l’action en cours avec l’état d’esprit (l’état émotionnel interne) approprié. On se donne ainsi un maximum de chance de succès.

La réussite n’étant, sur la durée, que le nombre de séquences positives plus nombreuses que les négatives. Ce qui ne sera jamais le cas si l’on considère tout problème comme catastrophique sur la durée ; on enchaîne ainsi les séquences ratées qui font pour le coup les journées ratées, les mois médiocres et les années inutiles. 

Les sportifs connaissent bien cette « division » du temps. Un set perdu en tennis ne signifie pas que le match est fini si l’on sait adopter la bonne tactique se concentrer sur ses points forts et jouer les autres points avec un état d’esprit de confiance. Idem pour un match de football où un but encaissé ne siffle pas la fin de la partie.

Dans le domaine professionnel j’ai rencontré beaucoup trop de personnes qui gonflaient artificiellement les enjeux et conséquences d’un entretien loupé, d’une réunion qui se passait mal et s’enfonçaient dans une dynamique négative qui ne faisait qu’aggraver la situation au point de les fragiliser professionnellement.

La seule attitude viable est de tirer les leçons de l’échec, en assumant la responsabilité du résultat non satisfaisant, fermer la parenthèse et aller au défi suivant avec une énergie positive renouvelée, c’est en effet un nouveau commencement avec une opportunité de marquer des points.

La préparation mentale dans ces conditions permettra à la personne d’identifier ses états internes et de les prendre en charge. De maîtriser le lien entre séquence ratée et sensations négatives. Savoir se prendre en charge et évacuer cette tension ou pression négative pour recharger ses batteries et aborder avec confiance et un esprit neuf une nouvelle séquence.

Conclusion

Une journée réussie deviendra alors une journée au cours de laquelle on aura surmonté les enjeux ou défis parfois avec succès, parfois moins bien et parfois pas du tout mais sans jamais abandonner tout le terrain de jeu.

Enfin, si l’on doit se laisser emporter ou porter au cours de la journée par des sensations ou émotions autant choisir de laisser les positives qui sont bonnes pour notre santé physique et mentale et notre efficacité jouer leur effet domino et contagion. Car le succès appelle le succès.

Cette expression du langage courant signifie bien que le positif attire le positif le contraire aussi.

Je trouve pour clore cette réflexion que la journée est une dimension humaine, dans une année il y a trop de futur incertain, dans un mois également, une semaine c’est déjà trop par contre la journée est un terrain de jeu que nous connaissons bien (nous ne vivons qu’une journée à la fois). C’est à notre échelle, chaque journée réussie où le positif l’emporte sur le négatif nous rapproche un peu plus de notre objectif final.

 

 

4 réflexions sur “Comment remplir de succès ses journées ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 2 =

Cela devrait vous intéresser

Biais cognitifs et décision avisée ?

Comment prendre de meilleures décisions Grace à la maîtrise de nos biais cognitifs Notre vie n’est que décision et arbitrage. Quel que

Managers en péril ?

Réussir ou s’accomplir Nous étions autour de quelques bouteilles de bon chablis à la bonne température. Entre ami(e)s ça c’est sûr ; disons