ECOUTEZ NOTRE PODCAST COACHING TIPS

Comment détecter les personnes toxiques ?

C’est un sentiment vague et diffus ; une intuition que l’on n’arrive pas vraiment à préciser. Un doute qui s’installe au fil du temps.

Pour la victime un sentiment de culpabilité, une sensation d’être observée, épiée. Un sentiment de mal être qui non seulement existe, déjà au travail, mais finira par envahir la sphère privée, bientôt.

Burnout, conflits, dépressions nerveuses, maladies, boulimies chez certains, développement de certaines addictions, nuits blanches, chez les autres ; les mots qui ne disent pas leurs maux sont pourtant nombreux.

Dans un aveuglement coupable, même si la code du travail oblige l’employeur à préserver la santé mentale de ses salariés, certains services, certaines entreprises ou institutions baignent dans une drôle d’ambiance.

J’ai toujours été stupéfait des explications toutes faites face à certaines situations parfois tragiques :

  • Le suicide c’est un acte individuel insondable, dont les causes sont multiples. Histoire de diluer les responsabilités j’imagine.
  • La dépression nerveuse ; il ou elle avait pas mal de problèmes à la maison…
  • Burnout, pas étonnant on sentait chez lui ou chez elle une fragilité ; elle en faisait trop ; personne ne lui a jamais demandé de faire tout ça…
  • Tu ne trouves pas qu’il a grossi ?
  • Tu as remarqué à la dernière soirée comme il ou elle buvait ?
  • Et puis souvent, ce silence pesant sur ces visages qui disparaissent, tout d’un coup, de notre environnement

Sans parler des « rapports sociaux » de fin d’année aux statistiques alambiquées ; mais aucune explication des causes de certaines pathologies ne figure. Surement par discrétion et ce fameux secret médical qui devient un cache misère.

Et puis il y a toutes ces démissions, départs « négociés », licenciements pour non performance alors que la personne l’était il y a peu de temps encore…

Toutes ces actions qui permettent de dégonfler des statistiques socialement peu glorieuses. On voit ainsi, en catimini, disparaître des contingents entiers de personnes qui pourtant étaient des piliers de l’entreprise, des collègues que nous estimions et qui étaient compétents.

Les situations difficiles dans les collectivités humaines, le surplus de travail, la difficulté, les défis ne provoquent jamais de problème chez les individus si le respect des êtres humains, la reconnaissance, l’équité, l’entraide, l’esprit d’équipe, l’humanité dominent.

Le problème à un nom et un visage ; celui des personnalités pathogènes.

Les organisations mettent, parfois, beaucoup trop de temps avant d’intervenir, et souvent timidement.

Le langage courant parlera de pervers narcissique ; expression fourre-tout qui désigne en fait toute la palette des gens qui ont un pouvoir de nuisance.

Dans ce premier article nous aborderons le sujet de leur reconnaissance.

Alors, comment les démasquer ?

 

1.

Soyez attentif à leur langage

Ajouter un titre 2 copie

Les mots sont des portes ouvertes sur l’âme.

Ceux des personnalités toxiques font dans la séduction et le superlatif. Ils vous séduisent en expliquant que vous êtes différent(e) ; formidable, que votre vie va changer si vous travaillez pour lui ou elle. Que vous êtes unique et qu’il vous aime.

Leurs avis sur les autres sont également très tranchés et excessifs. « C’est un nul, une nulle ; nuisible pour l’entreprise, un traître à la cause… »

Valorisé par la phase de séduction les personnes se laissent facilement prendre dans leurs filets. Sans imaginer un instant que leur sort est scellé et qu’ils passeront bientôt dans le camp des nuls et nuisibles ; c’est une question de temps et d’opportunités.

Quand ils parlent des situations et des personnes, c’est souvent de manière assez clinique. Tout est rationnalisé, rien d’affectif et de personnel selon l’expression…

Même quand ils racontent une anecdote les concernant ; on éprouve vite le sentiment d’une description comme si la personne était spectatrice non engagée de la scène.

Leur manque d’affect réel et d’empathie se ressentent au niveau de leur expression. Les sentiments ont peu de place dans l’exposé, ce sont des concepts et des mots abstraits pas des réalités ressenties.

Ils ont beaucoup de mal à se mettre à la place des autres et de seulement envisager ce qu’ils peuvent ressentir. Un tel exercice leur paraîtrait inepte et inutile.

Généralement leur grand talent n’est pas suffisamment valorisé ; leur salaire pas à la hauteur de l’apport considérable à l’entreprise qu’ils font.

Ils ressentent et expriment souvent un sentiment d’être maltraité par leur hiérarchie ; et n’hésitent pas, soit à vouloir les faire « virer » expression dont ils raffolent ; qu’à tout bonnement tenter de prendre leur place.

Comme si leur personnalité était toute emplie d’eux-mêmes sans aucune place pour les autres.

⚠️

A retenir :

  • Leurs rapports aux autres sont souvent exprimés en termes de conflits de domination ou d’humiliation
  • Ils ont un rapport à leurs collègues de travail, utilitaire; en fonction de ce qu’ils peuvent en obtenir pour eux même comme avantage ils leur donneront une valeur.
  • Les mots sont excessifs, tant dans la séduction que dans la critique
  • Ils parlent de tout à travers eux ; leur ego prend toute la place
  • Leur approche des problèmes et des situations comme des personnes est souvent « rationnalisé » à outrance, comme vu de l’extérieur.
  • Ils ont beaucoup de difficultés à envisager les conséquences de ce qu’ils disent
  • Un bon exercice serait de les interroger : que penses-tu que X ou Y puisse ressentir ? Ce type de question sera soit éludée, soit détruite violemment, soit un silence s’en suivra.
  • Ils utilisent beaucoup de mots à connotation psychologiques en parlant des autres, afin de les qualifier ; leur prêtant parfois des pathologies imaginaires.

2.

Mensonge et irresponsabilité

Le problème avec le réel et la réalité ; ce sont les faits.

Souvent les faits ne concordent pas avec la vision des personnalités toxiques.

Ce sont des patron qui diront froidement n’avoir jamais dit cela, même si en face d’eux vous avez trois témoins qui peuvent attester du contraire.

Sur un même sujet vous pourrez avoir plusieurs versions divergentes en fonction des interlocuteurs et de leur intérêt du moment.

Avec eux on vit dans une instabilité décisionnelle forte.

Au travail, comme dans la vie privée, rien n’est jamais acquis

Dans leur univers le mensonge n’existe pas ; il y a seulement leur perception du moment qui est la seule vérité acceptable.

Ils n’hésitent pas à tordre la réalité pour la faire entrer dans leur vision des choses. Ils pourront qualifier d’excellent des résultats médiocres et insuffisants de bons résultats objectifs. Ils n’hésiteront pas un seul instant à inventer des chiffres et faits imaginaires à l’appui de leur affirmation.

Outre le clair-obscur qui est leur teinte de prédilection ; les personnes toxiques détestent le mot responsabilité. Vous le verrez, elles n’admettent jamais leurs torts, jamais avoir commis une erreur, jamais prendre leur part de responsabilité.

C’est la faute à….

Et là les boucs émissaires ne manquent pas… à commencer par vous qui lisez ces lignes.

⚠️

Il y a matière à s’interroger si :

  • Vous recevez des instructions où rien n’est franchement clair et quand beaucoup de choses sont sujettes à interprétations
  • Vous détectez une propension au mensonge, à la moindre vérité, à la déformation des faits et des situations
  • Si vous sentez chez votre interlocuteur que le simple fait de pouvoir lui présenter une situation ou un sujet où sa responsabilité personnelle est en jeu le met dans tous ses états.

3.

Manipulation et souffrances

La manipulation est toujours fondamentalement une question de pouvoir qui s’exerce au détriment de quelqu’un.

Les personnes toxiques n’ont pas de relations humaines d’égal à égal avec quelqu’un quel que soit le domaine dont on parle. Ils ont des rapports utilitaires ; Soit que la relation valorise leur ego, leur serve ou leur permette d’assoir leur pouvoir.

 

Ajouter un titre 2 copie 2

La manipulation commence quand vous exprimez oralement des choses que vous ne pensez pas. Complimenter un collègue sur son travail alors que vous ne le pensez pas.

Quel est l’objectif poursuivi ? Accroître votre emprise sur l’autre ; fonder la relation sur du faux affectif ?

 Cette attitude d’encouragement que l’on pourrait penser positive au premier abord, devient manipulatoire quand il n’y a pas une once de sincérité, et quand le but poursuivi est d’accroître la dépendance ou son emprise sur l’autre. 

Si être ponctuellement manipulateur est courant, sans faire de nous des personnages toxiques ; il conviendra d’être attentif à l’intention, à l’objectif visé. 

Chez la personne toxique tout est calculé et a une finalité qui ramène tout à elle et ses intérêts propres.

Les manipulateurs toxiques ont une caractéristique ; ils ont plusieurs visages. Tantôt sympathique, charmeur avec les uns, tantôt cassant, humiliant, voire violent avec d’autres. Le moins que l’on puisse dire et que la stabilité émotionnelle ou de comportement n’est pas leur vertu cardinale.

Ce qui peut être déstabilisant pour l’environnement est leur capacité à changer de visage en une fraction de secondes en fonction des personnes et des situations.

La manipulation chez la personne toxique s’accompagne de la souffrance de la victime. Car sans souffrance de l’autre il n’y aurait pas de plaisir malsain. Si c’est d’abord satisfaire un besoin egocentrique qui anime la manipulation, il y a tout de suite derrière la souffrance de la victime. Dans leur monde il y a un vainqueur et un vaincu ; le vaincu doit souffrir dans la défaite.

Remarque acerbe en public, critique destructrice chez le boss, rumeur qui court…outre le plaisir malsain d’être en situation de pouvoir au centre du jeu, le manipulateur veut la souffrance de sa victime ; son échec, sa déchéance, son licenciement, son déclassement, sa soumission, sa chute…

Chez certains managers on les verra s’approprier le travail et les idées de leurs collaborateurs, sans les nommer, les remercier ou même les citer.

⚠️

Comment savoir si vous êtes manipulé(e) :

  • Vous ressentez un décalage entre ce que les uns vous disent et ce que le manipulateur prétend
  • Vous ne vous sentez pas bien en sa présence
  • Vous doutez de vous, de ce que vous pensez, de vos certitudes
  • Vous donnez le meilleur de vous-même mais vous n’êtes jamais remercié, félicité, mis en avant
  • Votre travail, vos idées sont pillées

Conclusion

Les personnes toxiques n’aiment personne.

Ce sont des personnes qui peuvent donner le change. Elles sont multi facettes donc peuvent sélectionner leurs proies.

Elles peuvent être tout à fait fréquentables avec leurs hiérarchiques et leur environnement proche et choisir des proies. C’est une stratégie comme une autre ; une forme de serial killer urbain, aimable, bon père de famille avec le plus grand nombre et « meurtrier » à ses heures.

C’est la raison pour laquelle les victimes peuvent, parfois se sentir seules, car la manipulation consistera à leur couper leurs repères, leurs soutiens, les isoler pour mieux les rendre dépendantes et fragiles.

Pensez donc X ; mais c’est impossible c’est un garçon charmant, travailleur, apprécié de toutes et tous. Peut-être, mais cela n’exclus nullement que la même personne puisse devenir pervers avec sa cible. D’ailleurs les personnes toxiques d’un certain niveau dans la hiérarchie sont souvent très intelligentes et capables de stratagèmes que l’on pourrait qualifier de diabolique.

J’ai connu un membre de la RH d’une grande société qui « sauvait » ses hiérarchiques de risques inventés de toute pièce. Mais par contre en profitait pour réaliser de vrais licenciements sans fondement des auteurs de crimes imaginaires.

Et tout ça entouré d’un halo de « défense des intérêts supérieurs » de l’entreprise…

Ce qu’il y a de surprenant c’est que plus c’est gros plus ça passe…

Ce sont des personnes qui n’ont pas d’objectifs mais des cibles humaines.

 Elles vivent dans un monde fait de leurs fantasmes pervers où les personnes normales n’ont pas leur place.

Elles sont dangereuses et doivent être traitées comme telles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela devrait vous intéresser

Développez votre soft power épisode 2

Ecoutez le PODCAST de l’article Le réseautage Je me souviens d’un entretien, avec un consultant RH qui était chargé d’une mission de

Développez votre soft power

et gagnez en influence Episode 1 Le jeu de Lois Tout est communication dans le monde professionnel, votre attitude, votre façon de

Vous voulez être productif ?

Commencez par oublier les techniques de productivité et les outils qui vont avec ! Nous sommes toutes et tous pareils ; nous avons